Jones 4

(extrait de http://enfant-prodigue.com/)

Alex Jones fut ministre pentecôtiste pendant presque 30 ans, dont presque 20 ans comme pasteur de sa propre église, mais quand il fut confirmé à l’Église catholique Sainte-Suzanne de Détroit l’an dernier, il dit à son prêtre de paroisse : « Je suis à la maison ».

Monsieur Jones, l’ancien pasteur de Maranatha Church (l’église Maranatha) de Détroit, est devenu catholique, avec sa femme Donna, et 62 autres membres de la congrégation qu’il a formés en 1982, stade final d’une évolution qui a duré 7 ans et qui débuta par une étude sur les racines de l’Église chrétienne.

Depuis lors, il dirige des études bibliques hebdomadaires à Sainte-Suzanne, prépare une maîtrise au séminaire du Sacré-Cœur de Détroit, prend parole lors de conférences, des missions paroissiales et des retraites.

Il y a peu de temps, il est devenu directeur associé de « Sign Me Up » un projet d’évangélisation de l’Archidiocèse de Détroit et espère un jour être ordonné diacre.

Monsieur Jones voit son voyage du protestantisme pentecôtiste au catholicisme, comme l’accomplissement, et non le rejet de son passé.

« Je ne rejette pas mon passé de protestant ». J’ai aimé ce que j’étais et cela m’a tout à fait satisfait. Cela m’a conduit là où je suis aujourd’hui, mais en devenant catholique, mon passé a atteint son accomplissement, parce que l’Église catholique est la plénitude de la foi chrétienne ».

Monsieur Jones, 61 ans, a dit qu’il croit que l’Église catholique est l’Église originelle de Jésus- Christ. Il est venu à s’intéresser aux débuts de l’Église après avoir entendu un apologiste catholique parler au cours d’un débat dont le sujet était : « L’Église des origines, était-elle catholique ou protestante ? ».

Comme il commençait à lire les pères de l’Église, il commença à partager ses découvertes avec les 200 membres de sa congrégation, et changea le service de louange de sorte qu’il ressemblait à celui de l’Église catholique. La fréquentation diminua, mais monsieur Jones poursuivit sa quête.

Jones 3

Lui et sa femme ont commencé des cours dans l’Église catholique et le 4 juin 2000, le reste de sa congrégation vota pour rejoindre l’église catholique.

Maranatha fut fermée et l’immeuble vendu à une autre congrégation.

Depuis qu’il est devenu catholique, Monsieur Jones a dit qu’il s’était immergé dans la foi. Il écoute des chants grégoriens, prie le rosaire, et a développé une dévotion pour le Sacré-Coeur.

« Il y a tant à apprendre et l’Église catholique est si riche de ce point de vue, que j’apprendrai jusqu’à la fin de mes jours ».

Il est pourtant affligé que tant de catholiques ne connaissent même pas leur propre foi et sa profondeur, ses richesses, sa puissance et ses mystères.

 « Beaucoup de catholiques de naissance tiennent leur foi pour un acquis. Si vous êtes nés hors de l’Église et avez embrassé une autre foi, et qu’ensuite vous êtes amenés à comprendre la qualité et l’authenticité de la foi catholique, et que vous vous convertissiez, c’est plus que la vie pour vous. Vous voyez sa beauté réelle ».

Sœur Lucie Abbey, assistante pastorale à Sainte-Suzanne, dit qu’avoir Monsieur Jones et les autres anciens membres de Maranatha dans la paroisse est à la fois une bénédiction et une difficulté.

 «  C’est une bénédiction parce qu’ils sont très ouverts et fervents dans leur foi, dans la qualité de leur louange et pour une musique vivante, et leur présence a apporté une énergie et des voix dans la chorale pour améliorer la liturgie et faire d’elle une réelle expérience de louange communautaire ».

Cependant, elle dit que tant les anciens pentecôtistes que les catholiques de longue date ont eu des difficultés avec les changements qui sont intervenus dans la paroisse. « Il est difficile d’apprécier cet événement, mais aussi d’arriver à comprendre comment l’accueillir et l’intégrer. C’est un peu comme un mariage. Vous prenez deux familles et toutes les deux ont à résoudre comment garder des valeurs, comment on se mélange, comment on respecte des valeurs que peut-être nous n’avions pas auparavant ».

Jones 6

Depuis sa conversion au catholicisme, Monsieur Jones dit qu’il n’a même pas une seconde pensée à remettre en cause sa décision, même quand les scandales sexuels qui ont secoué l’Église ont touché la paroisse Sainte-Suzanne. Le pasteur de la paroisse, le révérend Dennis Duggan, a accepté de se retirer en mars après qu’une plainte pour abus sexuel a été déposée contre lui. Le prêtre reste à un niveau administratif pendant que son cas est examiné.

Sans commenter particulièrement la situation de Sainte-Suzanne, monsieur Jones dit « J’étais pasteur et je connais les scandales. Le péché s’empare de toutes les opportunités. Il est partout. Il n’est pas seulement dans l’Église catholique ».

Monsieur Jones dit qu’il pense que la grande taille de l’Église catholique et sa prédominance comme symbole du christianisme ont porté l’attention sur cette église pendant cette période de scandales.

« Cela est malheureux et triste et blesse beaucoup de gens…mais l’Église est à la fois humaine et divine. Elle est sainte, et cependant elle contient des pécheurs en son sein. C’est plus un hôpital qu’un Royaume parfait, et malheureusement, il y en a beaucoup qui ont besoin de grands soins médicaux ».

Comme il parle avec des catholiques pendant ses voyages, monsieur Jones dit que la plupart de ceux qu’il rencontre voient les problèmes de l’Église comme une purification nécessaire. 

Jones

« La plupart de ceux avec lesquels j’ai été en contact à travers le pays déplorent le scandale dans l’Église, mais ils aiment toujours l’Église. L’Église a survécu 2,000 ans et même à de mauvais papes et de mauvais évêques. C’est seulement un accro dans notre route vers l’éternité ».

Monsieur Jones dit qu’il est venu à l’Église sans agenda. « Je suis venu ici pour apprendre et pour m’asseoir et découvrir tous les enseignements de l’Église. Pendant que je suis là et que mes yeux s’ajustent à la lumière, je vois des choses, je peux donner moi aussi. Une chose que je peux donner est ma passion pour le Christ, mon amour pour Lui, et rechercher à l’étendre à ceux qui sont autour de moi ».

Une fois qu’il a compris que l’Église catholique était l’Église des Écritures, il dit qu’il sut qu’elle avait l’autorité d’enseignement et que certaines difficultés qu’il a eues avec certains points de doctrines ou de morale nécessiteraient un ajustement de sa part ».

Sa femme a eu plus d’une lutte intérieure, dit-il, et initialement, ils ont eu quelques « disputes difficiles » à propos de son intérêt pour le catholicisme. « Quand j’ai commencé à expliquer à ma femme pourquoi je pensais à changer, elle pensait que je devenais fou ou que je souffrais d'une dépression nerveuse. Elle disait qu’elle ne pourrait jamais accepter Marie, la prière aux saints, les choses avec lesquelles les protestants ont classiquement des problèmes.

Bien qu’il ait essayé et qu'il n’ait pas réussi à convertir sa femme lui-même, il dit : « C’est l’Esprit Saint qui l'a convertie ».

Finalement, quand il est devenu catholique, monsieur Jones  dit qu’il sentit que toutes ses interrogations étaient parties. « Exactement comme tous les convertis à l’Église ont ce sentiment de rentrer à la maison. C’est la grande maison, et nous vivions dans la cour dehors, dans des tentes. Alors, nous avons plié nos tentes pour venir dans la grande maison ».

 

Cité de l’Immaculée……Awadjidjekèdè………MavoMavo

https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite.