10410361_386410498175246_4808738824755437595_n[Phm 7-20; Ps 145 (146), 6, 6c-7, 8-9a, 9ab-10; Lc 17, 20-25]

Le règne de Dieu

Attendre indéfiniment quelque chose nous amène à demander quand viendra cette chose. Voilà la question qu’on se pose quand l’espérance devient de plus en plus longue.  Le règne de Dieu ne tarde pas, il est au lieu de nous. Il est déjà là car c’est Jésus lui-même. Alors pour voir le règne de Dieu, nous ne devons pas nous livrer à la vision du temps qui prône la prospérité, mais mettre le futur dans notre vie et savoir reconnaitre le règne de Dieu, la main de Dieu dans notre quotidien. Nous sommes donc interpeler sur la qualité de notre foi à la suite du Christ et dans la logique de sa volonté. Le règne de Dieu, c’est déjà la miséricorde de Dieu à travers les merveilles que le Seigneur opère dans notre vie, les miracles, les guérisons, le don de l’Eucharistie, le service du sacrifice. Le règne de Dieu, c’est la justice de Dieu que nous devons rechercher et conserver pour recevoir pleinement les grâces qui en découlent. Il consiste à mettre  sa confiance dans le Seigneur et de vivre la joie de l’Evangile.

Ce qui empêche le règne de Dieu

Au retour du Fils de l’homme, verra-t-il la foi sur terre ? Le Seigneur annonce déjà qu’il ne la verra pas car la foi n’est pas ce que bon nombre de gens pensent. La foi ne consiste pas à être régulier à l’Eglise. La foi n’est pas monnayable, ni commerciale. La parole de Dieu, l’Evangile est notre guide et elle est incontournable. Notre foi ne doit pas être mise dans les phénomènes mystiques d'auto-proclamations de divinité qui s'observe notamment à Cotonou afin de perdre les âmes. L’Evangile est inchangé car c’est la personne même du Fils de Dieu. Elle est l’une des preuves du règne de Dieu. Il constitue un cœur pur sans mal, le Sacré-Cœur de Jésus. Mais où commence le mal ? Le mal commence dès que l’homme se donne une certaine importance au lieu d’être enfant pour Dieu. Lorsqu’il refuse de renoncer à sa personne, il se sent plus important que ses semblables et par là, il est animé par l’esprit d’orgueil. Se reconnaitre enfant de Dieu, c’est se mettre quel que soit son rang social, sur le même piédestal que son prochain et tenir bon devant les manquements relatifs à l’âge et à l’orgueil humain. Si nous pourrons reconnaitre que nous n’avons rien de plus que les autres, l’amour, la joie et le bonheur gagneraient le monde. Seul Dieu a une importance. Ces choses nous éloignent de Dieu. L’autre chose qui nous évite de voir le règne de Dieu dans notre vie, est le manque de conscience dans la foi à la bonté de Dieu. Et évitons les sacrilèges que nous commettons à travers nos pleurs répétitifs et notre incroyance perpétuelle.

Cité de l’Immaculée……Awadjidjekèdè…………Mavo Mavo

https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite.