20170903_144831

[1 Th 4, 13-18; Ps 95 (96), 1-2a, 2b-3, 4-5a, 11-12a, 12b-13ab; Lc 4, 16-30]

Ne passons pas à côté des paroles que Dieu nous donne chaque jour car ce sont des messages de foi, de renouvellement, de purification et de régénération de chacun de nous. Chaque parole que Dieu nous donne est plus que de l’or mais l’expérience montre que nous n’en profitons pas pleinement. Quand la Parole de Dieu est proclamée, chacun doit se dire: Que veux-tu me dire Seigneur? A travers l’évangile du jour, Jésus annonce son programme d’activités, qui est dirigé de main d’œuvre par le Saint Esprit en ces termes: ‘’l’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d’accueil par le Seigneur’’ (Cf Lc4,18-19)’’. Cela signifie dans un premier temps que, c’est l’Esprit de Dieu qui envoie en mission, et ensuite que Jésus n’a pas été envoyé à tout le monde. Il montre dans l’humilité qu’il n’est pas venu de Lui-même mais plutôt que c’est l’Esprit de son Père qui est sur Lui, qui l’envoie en mission. Il a été envoyé aux démunis, aux pauvres de cœur, aux petits à qui appartiennent le Royaume; pas pour les docteurs, les savants, les raisonneurs. Car, dans la première lettre de Saint Paul aux corinthiens, le Seigneur dit: ‘’Où est le sage? Où est le docteur de la loi? Où est le raisonneur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas rendue folle la sagesse du monde? (1Cor1,20)’’. Ainsi donc, Jésus n’a pas été envoyé à ceux qui se suffisent, qui comptent sur eux-mêmes, qui mettent leur confiance en un mortel ou dans le mortel. Il a été envoyé, à ceux qui s’abandonnent à Dieu, ceux qui recommandent leur sort comme Lui-même sur la croix à son Père: ‘’Père, entre tes mains, je remets mon Esprit’’. Et conformément à son annonce, l’Esprit l’a envoyé à Nazareth tout comme l’Esprit l’envoie aujourd’hui chez nous; parce que Dieu n’a pas de calendrier, il est l’éternel présent, l’aujourd’hui qui ne finit jamais, (le jour du Seigneur c’est un jour qui ne finit jamais: la vie éternelle). Alors Jésus aujourd’hui vient nous visiter en ce jour dans nos foyers à Nazareth, dans nos activités à Nazareth, sur nos lieux de travail (atelier et autres) à Nazareth, etc.

Trouvera-t-il chez nous, ce qu’il a trouvé à Nazareth? Ne trouvera-t-il pas le doute, les raisonnements, le mépris, qu’il a trouvé à Nazareth? Que viendra-t-il trouver chez nous: la foi ou le doute? Et quel type de foi trouvera-t-il chez nous? Comprenons que l’année de grâce que Jésus est venu annoncer, c’est toute une éternité pour le Seigneur. Nous avons cette promesse, mieux nous avons Jésus Lui-même dans notre église catholique, et pourtant nous ne produisons aucun des fruits de l’Esprit Saint. Sinon, comment comprendre que nous ayons au sein de notre église, beaucoup d’opprimés, des captifs des démons, des souffrants, des prisonniers, des maladies et nous ne sommes pas capables de les aider. Nous nous appelons tous son peuple, pourtant on ne voit aucune grâce découlée de chez nous. Cela montre clairement que Jésus a trouvé chez nous, le doute, et les raisonnements comme à Nazareth. Car la bible nous apprend que Jésus n’a pas pu faire beaucoup de miracles à Nazareth à cause de leur manque de foi, de leur doute. C’est pareil aujourd’hui, Jésus à cause de nos doutes, ne pourra pas accomplir des merveilles dans nos vies, nos foyers, sur nos lieux de travail, etc. Nous sommes pires aujourd’hui dans notre église que Nazareth puisque nous quittons des problèmes pour d’autres problèmes, des difficultés pour d’autres. Dans le doute, nous ne pouvons rien recevoir chez le Seigneur. Ceci est attesté par le Seigneur à travers l’épitre de Jacques : ‘’Si la sagesse fait défaut à l’un de vous, qu’il la demande au Dieu qui donne à tous  avec simplicité et sans faire de reproche ; elle lui sera donnée. Mais qu’il demande avec foi, sans éprouver le moindre doute ; car celui qui doute ressemble à la houle marine que le vent soulève. Que ce personnage ne s’imagine pas que le Seigneur donnera quoi que ce soit à un homme partagé, fluctuant dans toutes ses démarches (Jc1,5-8)’’. Nous devons faire aveuglement confiance à Dieu et surtout, ne laisser aucune place en nous pour le doute. Le doute, c’est de l’égoïsme; et ce qui l’amène en nous, c’est la mauvaise relation que nous entretenons avec Dieu; autrement dit, c’est l’hypocrisie que nous pratiquons dans notre amitié avec Dieu. Pour l’éradiquer, nous devons devenir un ami parfait de Dieu. Et si, nous sommes conscients que nous ne pouvons pas être parfaits, alors posons lui en toute humilité la question: Seigneur Jésus, veux-tu accepter parmi tes amis, un ami imparfait, un pécheur que tu transformeras? Si nous réussissons à établir une bonne amitié avec Lui, nous n’aurons pas besoin de le supplier pour recevoir ses grâces, nous les auront aussitôt que le besoin se présentera à nous.Car il nous a dit : ‘’Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur reste dans l’ignorance de ce que fait son maître ; je vous appelle amis, parce que tout ce que j’ai entendu auprès de mon Père, je vous l’ai fait connaitre (Jn15,14-15)’’.

Prenons à partir de cet instant, la décision d’être son ami. Ne le disons pas juste à la bouche, mais disons-le de tout notre cœur: Seigneur Jésus, je veux être ton ami.

INTEGRALITE DE LA VIDEO

 

Continuez à nous suivre sur

Facebook :https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite