20171101_141959

[Sg 2,23; 3,1-6.9; Ps 4, 2, 7, 9; Rm 6, 3-9; Jn 5, 24-29]

En Jésus, il n’y a pas de mort. « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes »   (Jn 1, 4). La commémoration de tous les fidèles défunts, n’est donc pas celle des morts mais de ceux qui sont au paradis, ceux qui sont dans l’amitié de Dieu. En effet  il est écrit, parlant de l’accès au royaume des cieux, "Dehors les chiens, les sorciers, les débauchés, les meurtriers, les idolâtres, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge !” (Ap 22, 15). "Rien de souillé n’y entrera jamais, ni personne qui pratique abomination ou mensonge, mais seulement ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau.” (Ap 21, 27). Le royaume n’est donc pour les pécheurs. Au ciel, il n’y a pas de temple, ni de flambeau. C’est Dieu lui-même le temple, c’est encore lui le flambleau, raison pour laquelle, aucune souillure n’y entre. Il faut donc éviter de se complaire dans le péché, pour espérer d’hypothétiques prières et messes de nos proches. Mêmes les messes de notre vivant ne nous y aideront pas.

Il y a deux conditions pour la sanctification des âmes : il faut une conversion avec une vraie constriction sans retourner dans le péché, puis la réparation assidue dans la prière et la pénitence.

Chacun sera jugé selon ses œuvres et non selon les prières, les messes. “Les fils de ton peuple disent : “La conduite du Seigneur n’est pas la bonne.” N’est-ce pas leur conduite qui est étrange ? Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et en meurt, si le méchant se détourne de sa méchanceté, pratique le droit et la justice, et en vit" (Ez 33, 17-19). Parlant des âmes du purgatoire, l’église nous enseigne qu’elles sont saintes. On parle de Saintes âmes du Purgatoire. Elles sont celles qui ont vécu une vie de grâce après s’être détournées définitivement du mal.

Le corps du Christ, sa chair, c’est sa Parole. "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.” (Jn 6, 56). “Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous.” (Jn 15,7). C’est la chair de la Parole que nous célébrons dans l’eucharistie. C’est pour cela que St Jacques nous demande de mettre la Parole en pratique, ne pas nous contenter de l’écouter : ce serait de l’illusion. (Cf Jc 1 , 22). Nous ne devons pas nous fier aux commentaires charnels, aux réflexions humaines qui rendent nulle et de nul effet la passion du Christ.

Continuez à nous suivre sur

Facebook :https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite