20180130_150804

[2 S 24, 2.9-17 ; Ps 31 (32), 1-2, 5, 6, 7 ; Mc 6, 1-6]

 A quoi sert-il à un homme d’avoir beaucoup de richesse et d’être loin de Dieu ? L’Apôtre Paul nous avertit : ‘’Qui te distingue en effet ? Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi t’enorgueillir comme si tu ne l’as pas reçu ?’’(1Co 4, 7). Depuis quelques jours, nous écoutons l’histoire de David. Nous avons vu tout l’amour du Seigneur pour lui et surtout toutes ses grandes œuvres à travers sa personne. Aujourd’hui, il péche contre Dieu ; mais aussitôt s’est repenti et à implorer la miséricorde de Dieu. La richesse que possède David lui est monté à la tête et il est tombé dans l’orgueil. Au lieu de mettre sa confiance dans le Seigneur, il décide de mettre sa confiance dans le nombre d’hommes qu’il détient pour les combats. Le manque de confiance en Dieu et la désobéissance nous conduisent encore plus dans le péché. Nous avons dans la Bible l’exemple de Saül qui transgresse la loi, en réveillant Samuel qui était déjà mort pour des conseils ; malgré le fait qu’il avait lui-même interdit ces pratiques en Israël. Samuel dit à Saül : « Pourquoi m’as-tu dérangé en me faisant monter ? » Saül dit : « Je suis dans une grande angoisse. Les philistins me font la guerre et Dieu s’est retiré loin de moi ; il ne me répond plus, ni par l’entremise des prophètes, ni par les songes. Je t’ai donc appelé pour que tu me fasses savoir ce que je dois faire. » (1Sam 28, 15). S’il avait suivi toutes les prescriptions du Seigneur, il ne sera pas dans une situation pareille. C’est ainsi  que nous agissons aussi, au lieu de compter sur Dieu, nous mettons notre confiance en des mortels soit disant : marabouts, homme de fâ, vodounons, et consort. Sans la permission et la volonté de Dieu, rien de bon ne pourra s’accomplir dans notre vie. C’est uniquement en Dieu seul que nous devons avoir confiance. Chers frères et sœurs, nous devons faire très attention afin que la richesse que nous possédons ne nous conduise à l’orgueil. L’orgueil nous pousse parfois à mettre cette richesse à la place de notre Dieu, au point de ne plus penser ni à Lui, ni à nos prochains : c’est un piège. Demandons justement à Dieu de nous accorder le nécessaire pour lui être fidèle plutôt qu’une abondance qui nous éloignera de Lui. Malgré le péché de David, Dieu a été encore miséricordieux, généreux envers lui car il a su faire un bon choix en ces termes: « Je suis dans une grande angoisse… Eh bien ! tombons plutôt entre les mains du Seigneur, car sa compassion est grande, mais que je ne tombe pas entre les mains des hommes ! ». Tout péché que nous commettons nous apporte toujours des conséquences. ‘’Quelques minutes de plaisir, éternité de souffrance’’ comme l’a dit le Saint Curé d’Ars. A cause du péché, nous voyons David fuir même devant son fils, qui veut le tuer pour prendre son trône. Cela montre que, l’homme que nous sommes, est très fragile et nous ne pouvons que, faire recours à Dieu. Il n’est pas rare de voir des personnes très riches, mais qui sont très malheureuses car Dieu n’étant pas dans leur vie. Alors comme David malgré ses multiples péchés, revenons toujours à Dieu. Nous devons éviter le péché ; reconnaissons-nous pécheurs en nous humiliant chaque fois devant la face du Seigneur et ne vivons pas constamment dans l’orgueil. L’humilité de David avec un cœur sincère de repentir, amena le Seigneur à renoncer à ce mal, et il dit à l’ange exterminateur : « Assez ! Maintenant, retire ta main ». Il en était de même pour les Israelites qui, malgré leurs multiples péchés, ont bénéficié de la compassion du Seigneur. Nous pouvons connaitre beaucoup plus la bonté du Seigneur à travers le prophète Néhémie dans le chapitre 9 : 19Et toi, dans ta grande miséricorde, tu ne les as pas abandonnés dans le désert : la colonne de nuée ne s’est pas écartée d’eux pendant le jour pour les conduire sur ce chemin, ni la colonne de feu pendant la nuit pour éclairer le chemin sur lequel ils marchaient. 27Alors tu les as livrés aux mains de leurs adversaires qui les ont combattus. Au temps de leur détresse, ils criaient vers toi, et toi, du haut des cieux, tu entendais et selon tes grandes compassions tu leur donnais des libérateurs qui les sauvaient de la main de leurs adversaires. 31Dans tes grandes compassions, tu ne es as pas livrés à la destruction et tu ne les as pas abandonnés, car tu es un Dieu bienveillant et miséricordieux (Ne9,19, 27 et 31)’’. Alors chers frères et sœurs, il ne nous sert à rien de rester dans notre orgueil. Malgré tout, nous devons toujours faire recours à Dieu. Nous devons également faire attention pour le péché car nous le commettons facilement mais nous en souffrons beaucoup.

Nous voyons le même comportement (manque de foi) de David au niveau des frères de Jésus-Christ dans l’évangile du jour. C’est le même constat que nous faisons lorsque, dans nos familles, Dieu suscite nos frères pour ses œuvres. Ceux qui restent fermés à la grâce du Seigneur, critiquent, bavardent au lieu d’accompagner ces frères dans leur mission. Mais nous, nous devons annoncer la Bonne Nouvelle du Christ peu importe les épreuves que nous rencontrerons. Nous ne devons pas prêter oreille à tout ce qui se dira de nous ; tant que nous sommes avec le Christ, car le plus important pour nous, c’est là-haut : le Paradis. La Parole de Dieu nous dit : ‘’Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains’’. Quand il n’y a pas la foi, le Seigneur ne peut pas agir. On peut intensément prier pour nous, mais si nous n’ouvrons pas notre cœur à la grâce du Seigneur, rien ne peut en découler. La prière sans la foi, ne marchera jamais. Lorsque le Seigneur vient vers nous  et que nous ne l’accueillons pas avec foi, il se retourne vers d’autres âmes qui s’offrent à Lui. L’évangéliste Jean nous en apprend davantage : Les juifs en étaient surpris et ils disaient : « Comment est-il si savant, lui qui n’a pas étudié ? » (Jn7, 15). Cela démontre que, connaitre Dieu, n’est pas une affaire de théologie, mais c’est l’Esprit Saint qui nous enseigne toute chose. L’évangélisation ne doit pas se baser sur notre propre connaissance mais plutôt sur celle de l’Esprit Saint. Autrement, nous allons parler sans toucher des cœurs, car nous n’avons pas accordé une place en nous à l’Esprit de Dieu. Jésus leur répondit : « Mon enseignement ne vient pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé » (Jn7 16). Pour toutes les guérisons que le Christ a opérées, la foi des malades était toujours associée. Voici un exemple dans l’évangile de Saint Mathieu: comme Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent en criant: « Aie pitié de nous, Fils de David ! ». Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’avancèrent vers lui, et jésus leur dit : « Croyez-vous que je puis faire cela ? » « Oui Seigneur », lui disent-il. Alors, il leur toucha les yeux en disant : « Qu’il vous advienne selon votre foi. » Et leurs yeux s’ouvrirent (Mt 9,27-30). Ces aveugles ont eu la guérison parce qu’ils y ont cru. Ecoutons ce que nous dit, saint Jacques à propos de la prière avec foi : « Si la sagesse fait défaut à l’un de vous, qu’il la demande au Dieu qui donne à tous avec simplicité, et sans faire de reproches, elle lui sera donné. 6Mais qu’il demande avec foi sans éprouver le moindre doute, car celui qui doute ressemble à la houle marine, fluctuant dans toutes ses démarches » (Jc 1,5-6).

Que l’Esprit Saint nous assiste dans notre démarche quotidienne, afin que nous quittions les souffrances dues à nos péchés…. Amen.  Le chrétien ne doit souffrir que de l’Amour du prochain et du Christ pour gagner la vie éternelle.

A méditer : Psaume 119

Remercions le Seigneur pour sa Parole vivante de ce jour.

NB : Les versets bibliques sont tirés de la Bible version TOB

Continuez à nous suivre sur

Facebook :https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite