sym_140221

[Is 42, 1-7; 26 (27), 1, 2, 3, 13-14; Jn 12, 1-11]

Conditions pour servir le Seigneur : La liturgie du jour nous enseigne sur les attitudes à adopter pour bien vivre la semaine sainte. Dans la première lecture, le Seigneur nous parle de deux catégories de personnes à travers cette phrase : «Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur». Les deux mots qui attirent notre attention sont : SERVITEUR et ELU. On peut être un serviteur de Dieu sans être un élu de Dieu. A travers la liturgie de ce jour, le Seigneur nous dévoile tout sur la manière dont il veut qu’on l’aime. Car il nous a cité les attitudes que nous devons avoir pour être son serviteur, son élu. Et la première des choses que nous devons avoir, avant d’être au service de Dieu, c’est son Esprit Saint. Il nous dévoile ainsi le secret de la sainteté, le secret du salut de notre âme : la possession de l’Esprit Saint car sans l’Esprit Saint et la Parole de Dieu, nous ne pouvons pas plaire à Dieu (Cf Rm8,8-9). Nous avons besoin de la Parole pour être de vrais disciples, pour être justifiés et sanctifier. Ensuite, le Seigneur veut qu’on le mette à la première place de notre vie, tout comme le 1er commandement (Aimer le Seigneur de toute sa force, de toute son intelligence, de toute son âme) qu’il nous a laissé. C’est pourquoi, il dit : Chercher d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroit (Mt 6, 33). C’est aussi évident, car le 1er don de l’Esprit Saint est la crainte de Dieu. Il veut qu’on s’approprie de Lui, il ne veut pas qu’on soit avec Lui en pratiquant l’hypocrisie; il veut qu’on soit de vrais adorateurs du Christ. Et la seconde chose dont il nous parle, c’est de savoir garder notre langue car la Parole de Dieu nous prévient que c’est de notre parole que nous serons justifiés ou condamnés (Cf Mt 12,37). Mais aujourd’hui, nous nous foutons pas mal de cette prescription. Nous ne prêtons même pas attention à ce qui sort de notre bouche, nous parlons pour parler. Cela veut dire que pour servir Dieu, nous devons être justes, et ne pas affaiblir davantage le faible. « Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité » (Is 42,3…).

Modèle parfait à imiter : Dans l’évangile, le Seigneur nous montre le modèle parfait d’une personne à imiter : Marie. Nous voyons bien, Lazare (que Jésus avait ressuscité) était parmi les convives avec Jésus, Marthe qui servait toujours comme à son habitude ; mais Marie, elle avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux, la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Quel AMOUR !!! Les cheveux sont très importants pour les femmes; mais Marie a nettoyé les pieds de Jésus avec ses cheveux ; alors que nous savons très bien que Jésus est un voyageur, donc imaginons un peu la saleté de ses pieds. C’est donc pas, pour rien que, Jésus a témoigné d’elle en disant qu’elle a choisi la bonne part qui ne lui sera pas enlevé (Cf Lc 10, 32-48). La bonne part dont parle Jésus, c’est Dieu lui-même, c’est la vie glorieuse, c’est le Paradis Eternel. Et à chaque fois que nous choisissons de faire le bien, d’aider le prochain, de nous accrocher à la Parole de Dieu, sachons-le : nous serons PERSECUTES. Car nous avons vu Juda se mettre en colère sous prétexte qu’on peut vendre ce parfum et distribuer le revenu aux pauvres. Cela démontre que Juda ne craint pas Dieu, car il était proche de Jésus, et il connait très bien la personne de Jésus-Christ : sa notoriété et son pourvoir. Pourtant, il a eu l’audace de vouloir stopper la gloire que Marie rendait à Jésus. Nous le faisons également, lorsque nous permettons que  des choses inutiles de ce monde nous dérobent, les moments où nous devons nous consacrer au Seigneur. Malheureusement, l’esprit de Juda plane encore aujourd’hui dans notre église. Prions donc le Seigneur pour que l’attitude de Marie nous envahisse. Et pour finir, proclamons ce verset pour recevoir les grâces qui en découlent : « Ce sera un remède pour ton corps, un rafraîchissement pour tes membres. Honore le Seigneur de tes biens, les prémices de tes revenus et tes greniers seront remplis de blé » (Pr 3,8-9). Offrons alors au Seigneur tout ce que nous avons (boulot, commerce, mari, femme, enfants, peines, difficultés, notre être tout entier, etc.) pour mieux l’adorer, pour écouter sa Parole afin de le connaitre davantage ; et il nous bénira, il nous comblera au-delà de nos attentes.

Intégralité de l'enseignement vidéo

 

Continuez à nous suivre sur

Facebook :https://www.facebook.com/awadjidjecite

et
Twitter : https://twitter.com/awadjidjecite