«Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour» (Jn 6, 54). Jésus nous dit que la vie éternelle est pour maintenant et ici puis vient la résurrection qui aura lieu après la séparation de l’âme avec le corps. C’est à raison qu’Il dit ailleurs «En vérité, je vous le déclare, parmi ceux qui sont ici, certains ne mourront pas avant de voir le Règne de Dieu venu avec puissance» (Mc 9, 1). La vie éternelle est la participation à la nature divine : voir et agir comme Dieu car «Nous savons que, lorsqu'il paraîtra, nous lui serons semblables, puisque nous le verrons tel qu'il est» (1 Jn 3, 2b). Autrement dit, dans ma chair je dois mener une vie surnaturelle et donc m’écrier comme saint Paul «Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est Christ qui vit en moi» (Ga 2, 20a). Et alors vient une question à laquelle il faut absolument répondre : «Moi, qui communie, est-ce que j’ai une vie surnaturelle ? ». NON et la raison est simple : «Celui qui mange et boit sans discerner le corps mange et boit sa propre condamnation. Voilà pourquoi il y a parmi vous tant de malades et d'infirmes et qu'un certain nombre sont morts» (1Co 11, 29-30). Pour discerner, il nous faut retourner à ce qui est à l’origine : LA PAROLE «Et la Parole s'est fait chair et il a habité parmi nous» (Jn 1, 14). Bref, manger la chair : c’est manger la Parole et boire le sang : c’est vivre conformément à la parole ; et alors nous recevons cette vie surnaturelle qui vient de la parole «Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie» (Jn 6, 63). 

https://www.facebook.com/awadjidjecite/?fref=ts

Imitation février 16