«Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure» (Jn 15, 16). On ne devient pas chrétien par hasard, c’est une réponse à un appel même si l’on n’est pas conscient de cela «Nul ne peut venir à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire» (Jn 6, 44). Répondre à cet appel implique une mission et laquelle ? «Vous êtes la lumière du monde» (Mt 5, 14) et par conséquent il faut que «Votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux» (Mt 5, 16). Combien cette semaine ou ce mois ont pu dire «A cause de telle personne, je sais que Dieu existe» ou «Merci Seigneur de ce que tu as mis cette personne sur ma route» ? Ou bien certains se sont adressés à Dieu en ces termes «Seigneur, je regrette d’avoir rencontré tel frère ou telle sœur qui me fait couler tant de larmes» ? Faisons le bilan et pensons à ce que le Seigneur nous a dit le mercredi «Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage» (Jn 15, 2).