68943883_2359090867678926_2178840366709473280_n

📌 "Tout ce que le Seigneur a fait pour moi à travers la CITÉ, je ne peux pas tout raconter : C'est si haut que personne ne peut atteindre la cime, si profond que nul ne peut sonder, si large que nul ne peut l'embrasser - UN TÉMOIGNAGE DE LA SOEUR ANTOINETTE HOUEDETE SUR LA COMMUNAUTÉ APOSTOLAT CITÉ DU CŒUR IMMACULÉ DE MARIE.

Awadjidjè kèdè frères et sœurs. Je suis Antoinette HOUEDETE.
Voici mon témoignage sur ma découverte de la communauté apostolat cité du cœur immaculé de Marie.
Le témoignage est nécessaire dans la vie du chrétien qui a vraiment rencontré le Christ. Car sans le témoignage c'est que Christ n'a rien fait pour toi. S'il n'a rien fait pour toi, c'est que tu ne l'as pas rencontré.
Tout ce que le Seigneur a fait pour moi à travers la cité je ne peux pas tout raconter. C'est si haut que personne ne peut atteindre la cime, si profond que nul ne peut sonder, si large que nul ne peut l'embrasser.
Je le dis parce que là où je suis aujourd'hui, en matière de santé, j'ai trouvé le remède qui est Jésus de Nazareth.
Tout a commencé par un problème de santé.
Ceux qui me connaissaient depuis mon enfance, adolescence jusqu'à il y a un an, quand j'ai mis pieds à la Cité, j'étais tout le temps malade. La salutation habituelle qu'on m'adresse est : «est ce que ça va mieux? Oui ça va mieux».
A tout moment je priais le Seigneur de me guérir en me demandant quand ça va finir. C'est suite à ces prières, qu'en Décembre 2017, j'ai reçu une lettre d'une sœur de la Cité qui est ma compagne de recherche de Jésus. Nous avions fait presque toutes les communautés de prière de l'église sans y trouver le Christ et sa Parole. Car nous voulons rencontrer Jésus et vivre réellement avec lui comme dans la Bible.
Elle m'a écrit pour me dire: ma sœur, notre projet de voyage pour aller suivre la formation en côte d'Ivoire c'est fini. J'ai trouvé un remède et c'est là que je vais aujourd'hui pour écouter le Seigneur et vivre sa parole vivante. Je t'invite de venir toi même pour écouter et pratiquer la Parole de Dieu.
J'ai lu la lettre, puis je l'ai jetée dans les affaires quelque part, parce que en ce moment là, je traversais une période critique de santé. J'avais des problèmes au cœur.
Le médecin qui me suivait au CNHU avait découvert après radiographie un mal don : tachycardie, bradycardie ensemble, qui n'aurait de solution qu'avec une intervention chirurgicale pour placer de pile dans le cœur.
Dans le même temps, j'ai plein de nodules dans mon sein. Le médecin qui a identifié les nodules disait que je dois être opérée dans un bref délai.
Mais je disais en moi au Seigneur ceci : «il n'est pas question que je sois opérée. J'ai déjà subie d'opération dans ma vie et je sais ce que cela m'a coûté, a coûté à la vie que tu m'as donnée. Maintenant que je sais que Toi, Jésus,tu es capable de refaire ce que tu faisais quand tu étais sur terre, non à l'opération Jésus. Personne ne touchera plus à mon corps sauf toi.»
Le cardiologue m'avait dit d'aller voir l'anesthésiste pour prendre un programme pour l'opération. Il me dit: je vais vous opérer dans l'immédiat et quand ton dossier d'évaluation sanitaire va aboutir je vais prendre mon argent ; parce que nous ne pouvons plus attendre longtemps. Si tu vis vraiment, même avec l'opération, on ne sait jamais, tu peux vivre encore 5 ans. Je lui ai demandé : avec ou sans l'opération et il me répondit : madame là où tu es, il faut qu'on t'opère d'urgence. Je lui ai répliqué : docteur, je ne subirai pas cette opération. Il me regarda étonnement et dit à mon mari: monsieur vas discuter avec ta femme. (A 
A mon retour de l'hôpital, je me suis jetée en pleurs, à genoux devant mon oratoire. Sur mon oratoire, j'ai l'image de Jésus priant à Gethsémani, je lui dis, toi qui prie, prie pour moi auprès du Père pour qu'il m'exauce. Je refuse cette opération. C'est alors que la voix me dit dans mon cœur : vas consulter la lettre que ta sœur t'a envoyée. Je me suis mise à fouiller les affaires pour la retrouver. Je l'ai retrouvée et j'ai pris le temps de la lire en petits détails. Puis j'ai vu mentionnées, les heures des rencontres. J'ai décider d'aller.

Dans la journée j'avais demandé à mon mari de m'acheter de l'argile de Jean-Pliya pour que je fasse le cataplasme pour appliquer sur le sein, car ça me soulageait. Mais cette nuit là, j'ai rien eu de soulagement, même pas comme avant. Le lendemain mercredi, j'ai été au Saint Sacrement et à mon retour, la voix me demanda : pourquoi ne vas tu pas à la rencontre qui t'est indiquée par ta sœur? Sûrement tu trouveras de remède pour ta maladie là bas. J'ai donc résolu d'y aller. Puis je dis à mon mari: je vais devoir partir à Sainte Rita pour la rencontre que m'a sœur m'a indiquée dans sa lettre. Il se pourrait qu'arriver là bas, je puisse être guérie. Alors mon mari a accepté pour que j'y aille.
Vers 18h, je me suis mis à m'apprêter mais quelque chose me retenait. C'est vers 18h45 que j'ai pu quitter la maison pour arriver au QG autour de 19h. J'ai trouvé un Frère qui m'a indiqué l'escalier à monter pour aller à l'endroit où se tenait la rencontre de vie. Vue mon état de santé je me suis dit: est ce je pourrait monter ces escaliers avec mon mal de coeur, moi qui n'arrivais pas à marcher longtemps. La voix me dit : et si c'était le paradis qui est au bout de l'escalier ? J'ai répondue j'irais, et j'y vais déjà. En montant, à chaque pas je me disais: je monte au ciel. Arrivée au bout un grand air m'a accueillie avec une lumière on dirait vraiment le ciel. C'était en plein air sur étage. Je voulais passer à gauche pour me chercher d'Assise quant un frère me dit d'aller à gauche pour vous asseoir. Me voici devant nez à nez avec celui qui devait parler le jour là. Ayant rendu grâce au Seigneur, je me joignis à la louange de l'Assemblée qui m'a beaucoup emportée et consolée de mes douleurs. 

La louange ainsi finie, le frère Éric prît le micro et dit: célébrons la Parole de Dieu, puis il disait les célébrations et nous répondons. Je dis dans mon cœur : voilà ce qu'il me fallait, j'ai retrouvé cette célébration que nous avions initiée dans un mouvement mais qui n'a pas duré. Célébration finie, il salua l'Assemblée et se mît à dire: c'est d'autres choses que j'avais prévues dire ce soir, mais voici qu'arriver ici le Seigneur me met dans le cœur un message que voici: «vous qui demandez des guérisons au Seigneur dans les assemblées et à la sortie on vous demande comment ça va, vous répondez ça va un peu; c'est vous même qui traînez vos maladies et rejetez la guérison qui vous est accordée.
Je sursautai dans mon cœur et je dis: j'ai trouvé ma guérison. Car j'avais l'habitude de dire ça va un peu.
Ce soir là, pendant tout le temps de l'enseignement, mon être n'a cessé de se répéter: ça va un peu là, c'est fini maintenant. Antoinette tu es guérie. C'est fini maintenant mes maladies. Je ne faisais que répéter cela. Parce que c'est ça va un peu que j'avais l'habitude de répondre.
Ce soir là à mon retour de la rencontre, je me suis jetée à genoux devant mon oratoire toute en pleur et supplication au Seigneur d'avoir tant de fois rejeté les grâces de guérison qu'il m'accordait. J'ai passer toute la nuit à l'adorer, le louer et il m'a tenu compagnie. Vraiment il est bon et magnifique notre Dieu. Le lendemain, la douleur a commencé à s'estomper. L'argile que j'avais tremper pour la pose de cataplasme est resté là jusqu'à après un an et je n'y ai plus touché car Jésus m'a guérie. Les nodules dans le sein n'ont pas disparu aussitôt ,mais je répondais à tous ceux qui me demandaient à propos de ma santé que Jésus m'a guérie. Je rendais grâce au Seigneur et je lui répétais : «Jésus tu m'as guérie, je te remercie jusqu'à ce que je ne ressente plus les nodules dans le sein au touché. Gloire à Dieu.

L'opération n'a plus eu lieu. Jésus a tout guéri. Mais il m'en a fait un signe: quand je me mets en colère ou je m'emporte contre mon mari ou mes proches, je ressens les douleurs jusqu'à ce que je cesse de l'emporter. C'est ainsi que le Seigneur a profité pour me guérir de la colère et l'emportement que mon papa me reprochait depuis ma tendre jeunesse.
Aujourd'hui mon mari ne me reproche plus la colère ou l'emportement. Il a même témoigné à un de ses amis un jour en ma présence que je suis à 80% sans colère. Mais moi, je sais que mon Dieu ne fait rien d'à peu près. Je le remercie énormément, car cette colère avait fait que ma famille était dispersée, mes enfants se tenaient loin de moi. Je rends grâce au Seigneur qui a aujourd'hui réuni cette famille. Voilà les premières et grandes choses que le Seigneur m'a faites à travers la Cité et ses rencontres.
Et si c'était toi? Si le Seigneur t'a fait de si merveilleuses choses dans ta vie à travers une œuvre, vas tu abandonner cette œuvre et ton Seigneur ? Moi j'ai dit à mon mari que j'ai trouvé là où je demeurerai jusqu'à ce que le Seigneur m'appelle à venir dans sa patrie céleste.
Seigneur, Garde moi, mes frères et sœurs dans la fidélité à tes enseignements au Nom de Jésus-Christ de Nazareth. Amen

Mort et ressuscité...Il est vivant à jamais.

_*Antoinette HOUEDETE*_

Aimez, commentez, partagez avec vos amis et Abonnez-vous aussi à notre Page Facebook en cliquant ici: https://www.facebook.com/awadjidjecite/